informations,
conseils sur le
théâtre contemporain,
aides aux auteurs
s'inscrire à la newsletter
retrouvez-nous sur
     

Auteure


Aurore JACOB

Née à Strasbourg en 1983, Aurore Jacob est auteure et comédienne. Elle obtient un Master théâtre à la Sorbonne en 2008 puis troque la théorie pour le plateau. Elle se forme au jeu à travers différents stages dirigés notamment par Farid Paya, Sandy Ouvrier, Fatima Soualhia-Manet, Eric Tinot, Robert Castle, Raphaëlle Saudinos, Daniel Berlioux, Nabih Amaraoui ou encore Delphine Eliet. Sa première pièce «Sans L» est créée par Gilda Cavazza avec la Compagnie Terre de plumes. Depuis, elle a écrit une douzaine de pièces, dont plusieurs ont été publiées par Théâtre Ouvert, En Acte(s), Lansman Éditeur et Koïné.

 À travers son écriture, elle joue avec les formes et les genres littéraires pour s'affranchir de tout code. Le verbe est organique, rythmé et souffle autant que silence. De même pour les didascalies qui deviennent un objet narratif. Aurore Jacob mène ainsi un travail sur l'influence de l'audio-visuel, en s'appuyant sur la poésie d’une parole, où la langue est une projection d’images et de sensations qui questionne la perception du spectateur. Dans ses pièces, l'illusion et la réalité deviennent perméables. Leurs frontières ne cessent de se transformer. Le rapport au monde est légèrement déformé, de façon à re-créer de l'étrange dans le quotidien. En poursuivant la déconstruction d’une parole intime qui trébuche et tente de se redéfinir, son écriture interroge la société avec humour et sensibilité.

 En 2010, «Au bout du couloir à droite» reçoit les Encouragements du dispositif de l’Aide à la création du CnT et est publié par Théâtre Ouvert en 2014 avant d'être traduit en mandarin deux ans plus tard. En 2014, ce texte est également mis en espace par Olivia Grandville à Théâtre Ouvert pendant le festival FTO # 1, puis est repris lors du festival Flash Danse #4 au TU de Nantes ainsi que lors des Rencontres de la Chartreuses en juillet 2015.

 En 2015, Aurore Jacob part en résidence à la Chartreuse-CNES pour ses nouveaux projets, «Seuls les vivants peuvent mourir» et «SUR/EXPOSITION» ainsi qu'au CED-WB où elle écrit «Le Sens de l'escargot». Son texte «Chienne à la lune rouge» bénéficie d'une résidence à la Chartreuse en mars 2016. Elle est invitée au festival international de L'Obrador d'Estiu à Barcelone pour lequel elle écrit une courte pièce en 2016 intitulée «Le Nombre imaginaire». Ce texte est traduit en anglais et en Catalan pour une lecture à la Sala Beckett lors du festival.

 Elle souhaite également bousculer ses habitudes d'auteur comme avec sa pièce «Le malheur des uns ne fait pas le bonheur» dans une mise en scène signée Maxime Mansion. Ou encore avec le projet d'écriture en direct avec Solenn Denis et Julie Menard et son laboratoire dans lequel les artistes travaillent autour du thème des sociétés alternatives avec Oh ! le Collectif de la surprise.

 Ce travail de transmission est essentiel à ses yeux, que ce soit avec des nouvelles générations d'acteurs, de dramaturges et de metteurs en scène ou des amateurs. Cet intérêt est mis en évidence par des ateliers et des interventions qu'elle fait, grâce à Théâtre Ouvert, notamment auprès d'étudiants du CNSAD, du Théâtre du Nord et du Master Mise en Scène et Dramaturgie de l’Université Paris 10. Elle écrit également «Instantanés», un texte dont elle dirige la lecture pour le week-end des Rencontres Auteurs / Amateurs du Théâtre du Peuple de Bussang de juillet 2016. Patrick Gay-Bellile et Laurence Cazaux décrivent ce qu’il les touchent dans son écriture d’après les deux citations suivantes.

 

 'L'écriture est très juste. Les mots sont précis. [...] Au début, cela semble simple : une jeune femme, kidnappée par erreur alors qu'elle attendait pour prendre le bus, crie son innocence. Le lieu de sa détention fait immédiatement penser à un cachot tel qu'on l'imagine dans une dictature ordinaire. Mais cela ne colle pas tout à fait. Les personnages d'abord. Masqués. Ils intriguent. Comme des figures de cauchemar, des monstres nés dans une imagination délirante, des visions provoquées par un esprit paranoïaque, ou schizophrène. Et pourtant ces figures nous parlent. Et le lecteur est surpris de se sentir harponné dès les premières pages'1.

 

 'Aurore Jacob est une jeune dramaturge de 32 ans. On ne sort pas indemne d'une lecture de ses pièces, que ce soit Au bout du couloir à droite, son premier texte publié qui raconte la séquestration d'une jeune femme ou Seuls les vivants peuvent mourir qui vient de paraître. [...] Le texte est construit comme une enquête qui viendrait remplir tous les silences accumulés. Il crée du trouble dans son rapport au temps par exemple. Et puis, et c'est toute la force de cette pièce, la langue est ciselée, découpée, travaillée, heurtée. La parole brute'2.

 

 ------------

 

 1. Patrick Gay-Bellile, Le Matricule des Anges n°162 avril 2015

 2. Laurence Cazaux, Le Matricule des Anges n°169 janvier 2016

 

 Textes dramatiques publiés

 

 Au bout du couloir à droite, Edition Théâtre Ouvert - Tapuscrit, 2014 ; Traduction en mandarin, Maison Bookman, 2016

 Enquête sur une évaporation avant oubli, Edition Koïné, 2016

 Instantanés, Lansman Editeur, 2016

 Seuls les vivants peuvent mourir, Edition Théâtre Ouvert - Tapuscrit, 2015

 Le Malheur des uns ne fait pas le bonheur, En Acte(s), 2015

 

 Créations à la scène

 

 SUR/EXPOSITION, mise en espace Olivia Grandville, Théâtre Ouvert, Paris, 2016

 Heinz et Bretzel, mise en espace Anne-Françoise Joseph, Festival Snez tu zabu, Prague, 2016

 Au bout du couloir à droite, mise en espace Olivia Grandville, Théâtre Ouvert - Festival FTO # 1, Paris, 2014 ; TU de Nantes - Festival Flash Danse #4, 2015 ; Les Rencontres d'été, La Chartreuse CNES, Villeneuve lez Avignon, 2015

 Souvenirs au bord de mère, mise en espace Sophia von Gosen, Théâtre Ouvert, Paris, 2015

 Seuls les vivants peuvent mourir, mise en espace Madeleine Louarn, Théâtre Ouvert - Festival FTO # 2, Paris, 2015

 Le Malheur des uns ne fait pas le bonheur, mise en scène Maxime Mansion, Le Lavoir Public - Festival En Acte(s), Lyon, 2015

 Sans L, mise en scène Gilda Cavazza, TAPS, Strasbourg, 2009

 

 Prix, récompenses, aides

 

 SUR/EXPOSITION, Aide à la création de textes dramatiques, Artcena, printemps 2016

 Enquête sur une évaporation avant oubli, Sélection du comité de lecture du Panta Théâtre, 2016

 Au bout du couloir à droite, Aide à la création de textes dramatiques, catégorie Encouragements, 2010 ; Coup de coeur du comité de lecture des eat, 2013

http://aurorejacob.fr/

dernière mise à jour : 19/09/16



textes soutenus par le CnT

Au bout du couloir à droite

Aide à la création - Cat. ENCOURAGEMENT - printemps 2010

SUR/EXPOSITION Tentative pour photographier un évènement

Aide à la création - Cat. TEXTE DRAMATIQUE - printemps 2016