informations,
conseils sur le
théâtre contemporain,
aides aux auteurs
s'inscrire à la newsletter
retrouvez-nous sur
     
2014
  

Clémence Weill  

Lauréate du Grand Prix de littérature 2014 pour Pierre. Ciseaux. Papiers. (Editions Théâtrales)
Formée comme comédienne à l’Ecole Claude Mathieu, elle étudie en parallèle l’Histoire de l’Art à la Sorbonne. Elle a travaillé notamment avec Jean-Louis Hourdin, Matthias Langhoff, Emmanuel Demarcy Mota, Marie Vaiana, Didier Bailly, Jacques Hadjaje et dans de nombreux spectacles de rue. Depuis 2006, elle a adapté et mis en scène L’Opéra du Dragon de Heiner Muller,  Mars, d’après Fritz Zorn, La Ménagerie de verre, de Tennessee Williams, Mesure pour mesure, d’après Shakespeare, Une fable  sans importance - ou l’importance d’être Oscar Wilde (co-écrit avec Charles Decroix). Musicienne de formation, elle a dirigé avec Jean-Claude Vannier L’histoire de Melody  Nelson et L’Enfant assassin des mouchesà la Cité de la musique en 2009.

Elle a notamment écrit : Morning Personne – fresque historico-familiale d’après Calderon de Pasolini ; T.R.A.U.M.E. (créé en Alsace au printemps 2014 par le Stoken Teartet’ ) ; Weltschmerz 2, conférence désamparée (création en 2015) ; Plus ou moins l’infini  (en résidence à la Chartreuse de Villeneuve les Avignon en 2013). Actuellement elle collabore avec la Cie Rêvages à la création de Les Petites Filles respirent le même air que nous, qui sera joué au Grand Bleu, CDN de Lille en mars 2015.

Elle anime également depuis plusieurs années des ateliers de jeu et d’écriture auprès d’enfants, d’adolescents et d’adultes amateurs. Clémence a cofondé à l’été 2014 le club d’auteurs ACMÉ (Appuyés Contre un Mur qui s’Écroule) avec Aurianne Abécassis, Marc-Antoine Cyr, Solenn Denis et Jérémie Fabre.
2013
  

Alexandra Badea  

Lauréate du Grand Prix de littérature 2013 pour Pulvérisés, (L'Arche Editeur)
Née en 1980, Alexandra Badea est auteure, metteure en scène et scénariste. En 2003, elle décide de s’installer à Paris et travaille comme metteure en scène entre la France et la Roumanie et écrit (en français).Pulvérisés, publié à l’Arche Editeur en octobre 2012, est son quatrième texte. Il sera créé le 4 février 2014 au Théâtre National de Strasbourg et au CDN d’Aubervilliers par Aurélia Guillet et Jacques Nichet. Il a été mis en voix à France Culture par Alexandre Plank. Pulvérisés a été lauréat de l’Aide à la création du CnT en 2012.
« J’écris en français car c’est là où je vis. Le français est la langue dans laquelle j’ai pris moi-même la liberté de dire les choses qui me dérangent. C’est la langue de ma colère et de ma liberté partagée ». A. Badea
2012
  

Pascal Rambert  

Lauréat du Grand Prix de littérature dramatique en 2012 pour Clôture de l’amour (Les Solitaires Intempestifs)
Auteur, acteur, metteur en scène, cinéaste
Né en 1962 à Nice. Directeur du Théâtre de Gennevilliers.
Éloigné de tout procédé narratif, Pascal Rambert cherche à comprendre le réel. Il tente de lui donner voix et corps, en renouvelant les moyens et les formes de la communauté temporaire qu'est un spectacle. Renonçant aux modes habituels de l'écriture, aux stéréotypes de la fable ou de la mise en scène, il conçoit des spectacles, entre performances et installations, attentifs aux « transformations de réalité ». Profondément imprégné par l'art et la philosophie contemporains, ses œuvres sont des propositions “ blanches “ ou les spectateur est invité à “écrire“ à l'interieur.
Pascal Rambert a d'abord été marqué par Pina Bausch et Claude Régy. Après un passage à l'école de Chaillot avec Antoine Vitez, il alterne l'écriture et la mise en scène, et devient metteur en scène de ses propres pièces. Il travaille aux États-Unis et au Japon, convaincu que le théâtre hexagonal doit s'enrichir d'expériences étrangères. Il a enseigné dans plusieurs universités américaines et à l'Institut dramatique de Damas. Il a en outre réalisé plusieurs courts-métrages. Ses spectacles tournent en France, aux Etats-Unis et au Japon. Il est directeur du Théâtre de Gennevilliers depuis janvier 2007.

2011
  

Claudine Galea  

Lauréate du Grand Prix de littérature dramatique en 2011 pour Au bord (éditions Espaces 34).
Écrit du théâtre, des romans, des livres pour enfants, des textes pour la radio. Prix Radio SACD, 2009. Prix des Radiophonies 2008 pour 7 vies de Patti Smith. Travaille régulièrement avec n+n corsino, créateurs de nouvelles images pour la danse.
Parmi ses publications, en Théâtre :
Au Bord, Je reviens de loin, Les Idiots, Les Chants du silence rouge, Éditions Espaces 34, adultes.
La Nuit MêmePasPeur & Petite Poucet, L’heure blanche & Toutes leurs robes noires, Éditions Espaces 34, jeunesse.
Je ne te crois pas in "Fidélités", 12 pièces commandées par La Comédie-Française, Éditions de L'Avant-Scène.
Texte français avec Dimitra Kondylaki, de La ronde du carré de Dimitris Dimitriadis, mis en scène par Giorgio Barberio Corsetti au Théâtre national de l'Odéon en 2010, Les Solitaires Intempestifs.
Parmi les créations récentes ou à venir :
L'été où le ciel s'est renversé, création par Le Fil Rouge Théâtre, janvier 2012, TJP Strasbourg, publication aux Éditions Espaces 34 (collection Adultes)
Lecture de Au Bord par Nathalie Richard, dirigée par David Lescot, La Mousson d'été, août 2011
La Nuit MêmePasPeur, mise en scène Patrice Douchet, Théâtre de la Tête Noire, 2010
Romans :
Le corps plein d'un rêve, Le bel échange, Jusqu’aux os & Morphoses (avec des peintures de Goele Dewanckel), Éditions du Rouergue. L'amour d'une femme, Éditions Du Seuil. Un amour prodigue, photographies de Colombe Clier, Éditions Thierry Magnier. La règle du changement à L'Amourier, L'Invitée à L'Atelier des Grames, Chronique d'une navigation chez Images en Manœuvre.
Pour la jeunesse (au Rouergue) : Rouge Métro, Entre les vagues, A mes AmourEs illustrations Thisou, Au pays de Titus et Sans toi, illustr. Goele Dewanckel, MêmePasPeur, illustr. Marjorie Pourchet.
2010
  

Gérard Watkins  

Lauréat du Grand Prix de littérature dramatique en 2010 pour Identité (édition Voix navigables).
Gérard Watkins est né à Londres en 1965. Il passe une partie de son enfance en Scandinavie, et aux Etats-Unis, et s’installe en France en 1973. Il écrit sa première pièce en un acte en 1980, qu’il met en scène au Lycée International de St-Germain en Laye. Il écrit également les paroles et musique de son groupe, « Western Eyes », dans lequel il chante et joue de la guitare jusqu’en 1988. En Classe Libre, au cours Florent, il écrit Scorches, qu’il met en scène avec une quinzaine d’acteurs. Il entre au C.N.S.A.D, ou il écrit Barcelone, tout en suivant des cours avec Viviane Theophilides, Michel Bouquet, Pierre Vial, et Gerard Desarthe.
Il joue ensuite comme acteur dans une trentaine de productions, avec Véronique Bellegarde, Jean-Claude Buchard, Elizabeth Chailloux, Michel Didym, André Engel, rc François, Daniel Jeanneteau, Philipe Lanton, Jean-Louis Martinelli, Sylvain Maurice, Lars Noren, Claude Régy, Jan Ritsema, Bernard Sobel,  et Jean-Pierre Vincent. Il joue au cinéma avec des réalisateurs comme Julie Lopez Curval, Sébastien Lifshitz, Jean-Marc Moutout, Pierre Morel, Jérome Salle, Yann Samuel, Julian Schnabel, Hugo Santiago, et Peter Watkins. Il met en scène tous ses textes, La Capitale Secrète, Suivez-Moi, Dans la Forêt Lointaine, Icône, La Tour, dans des espaces différents, allant du Théâtre l’Echangeur et le Colombier à Bagnolet, au Théâtre Gérard Philipe de Saint Denis, Théâtre de Gennevilliers,  la Ferme du Buisson, en passant par la piscine municipale de St Ouen.
Depuis 1994, il dirige sa compagnie, le Perdita Ensemble, qui réunit acteurs et actrices, (Anne Alvaro, Gaël Baron, Odja Llorca, Anne Lise Heimburger, Antoine Matthieu, Fabien Orcier, Nathalie Kousnetzoff,  etc.) scénographe, (Michel Gueldry), éclairagiste (Christian Pineau), créatrice son (Diane Lapalus) dramaturge (Sophie Courade), et administratice (Silvia Mamanno). Il est lauréat de la fondation Beaumarchais, du Centre National du Livre, et de la Villa Medicis Hors-les-Murs, pour un projet sur l’Europe. Il a obtenu cinq aides à la création de la DMDTS/CnT.
Il a également traduit Martin Crimp, Jean Small, Felix Okolo, Mark Ravenhill et Harold Pinter.
Identité, son dernier texte, lauréat de l'Aide à la création du CnT en 2009, a été créé en avril 2009 à la Comète 347 et est repris la saison prochaine au théâtre la Bastille, au CDN de Besançon, à la MC2 Grenoble, au Théâtre Garonne, au théâtre Les ateliers à Lyon, au Panta théâtre à Caen et à Bienne, en Suisse.
Il prépare actuellement, Lost (Replay) Théâtre Bastille 2012/13, Je ne me souviens plus très bien. Ainsi que Europia / fable géo-poétique, spectacle de sortie des élèves de l’ERAC 2013.
2009
  

Christophe Pellet  

Lauréat du Grand Prix de littérature dramatique en 2009 pour La Conférence (L'Arche Éditeur).
Christophe Pellet est diplômé de la FEMIS en 1991. Ses textes sont édités chez L’Arche Éditeur : Le Garçon Girafe (2000), En délicatesse, Des jours meilleurs (2001), S’opposer à l’orage, Une nuit dans la montagne (2003), Erich von Stroheim (2005), Loin de Corpus Christi (2007), Le Garçon avec les cheveux dans les yeux, La Conférence, Un doux reniement (2008), Soixante-trois regards (2009), Qui a peur du loup, Seul le feu (2010).

Textes joués au théâtre :
La Conférence (mise en scène Mathieu Roy, 2010 : Scène nationale de Thouars / mise en scène Renaud Marie Leblanc, 2010 : Théâtre de Lenche, Marseille / mise en scène Stanislas Nordey, 2011 : Théâtre du Rond Point, Paris).
Qui a peur du loup (mise en scène Matthieu Roy, 2010/2011 : Scène Nationale d'Angoulème / Thouars / Théâtre de l'Echangeur, Paris / CDN de Lorient et de Reims).
Erich von Stroheim (mise en scène Olivier Martinaud, 2010 : Berlin - Allemagne / mise en scène Holger Mueller Brande, 2010 : Berlin - Allemagne / mise en scène Renaud Marie Leblanc, 2010 : Scéne nationale du Merlan, Marseille).
Loin de Corpus Christi (mise en scène Michael Delaunoy, 2009/2010 : Théâtre du Rideau, Bruxelles, Belgique).
Le Garçon girafe (mise en scène Jean-Louis Thamin, 2003 : CDN de Bordeaux / mise en scène Carlos Manuel, 2005 : Théatre Thalia de Halle, Allemagne).
En délicatesse (mise en scène Jean-Pierre Miquel, 2002 : Théâtre de la Tempête, Paris / mise en scène Madeleine Louarn, 2009 : CDN de Lorient.
Encore une année pour rien (mise en scène Mary Peate, traduction Martin Crimp, 1997 : Royal Court theater, Londres, Royaume Uni).

Textes adaptés au cinéma et réalisés par l’auteur :
2011 Plus dure sera la chute, (10 mn, HDCAM), avec Louise Anne Hippeau, Adrien Dantou, Jérémie Bichue. Production : Sedna Film
2010 Soixante-trois regards, (55 mn, HDCAM), avec Mireille Perrier, Dominique Reymond, Françoise Lebrun, Katarzyna Krotki. Production : Bathysphère.
2009 Le Garçon avec les cheveux dans les yeux (20 mn, HD), interprété par Edith Scob.
2008
  

Michel Deutsch  

Co-lauréat du Grand Prix de littérature dramatique en 2008 pour La Décennie rouge (Christian Bourgois éditeur).
Michel Deutsch est né à Strasbourg. Écrivain et metteur en scène, il est l’auteur d’une vingtaine  d’ouvrages – poésies, essais, pièces de théâtre… Il a écrit également pour le cinéma, la télévision, la radio et l’opéra. Son théâtre a été traduit et joué dans de nombreux pays. Ses textes sont publiés chez Christian Bourgois éditeur et aux éditions de L’Arche…
Il codirige avec Jean-Christophe Bailly et Philippe Lacoue-Labarthe, aux éditions Bourgois, la collection  « Détroits ».
        
Michel Deutsch a été à l’origine en France, avec Jean-Paul Wenzel et Michèle Foucher, de ce qu’on a appelé le « Théâtre du Quotidien ». Il s’est ensuite tourné avec Philippe Lacoue-Labarthe vers Hölderlin et la Tragédie Grecque. Avec André Wilms, dans les années 1990, il a exploré avec une série de spectacles intitulés Imprécations, un théâtre politique et musical.
Pour France 3, il a réalisé Alsace, Terre étrangère, Hôtel de l’Esprit, Le Voyage à Tübingen et Ils étaient comme à la recherche de rêves perdus.
Pour Arte, il a écrit, avec Henri de Turenne, le scénario des Alsaciens et Les deux Mathildes (réalisation Michel Favard), Sept d’Or et Grime Preis du Meilleur scénario… et avec Bernard Favre Surface de réparation.
Pour France Culture, il a écrit La Disparue et Aujourd’hui, réalisation Blandine Masson…
Parmi ses dernières réalisations, on peut citer Desert Inn (Théâtre de l’Odéon, Paris), Wozzeck d’Alban Berg (Opéra de Nancy), Abschied (Marstall - Munich), Müller Factory ( Théâtre Saint-Gervais à Genève, MC 93 à Bobigny) et La décennie rouge – Grand prix de littérature dramatique 2008 – (Théâtre de la Colline, Paris), Le Pont des Ombres de Olivier Dejour (Opéra de Strasbourg), L'Invention du monde de Olivier Rollin (MC 93).
2008
  

David Lescot  

Co-lauréat du Grand Prix de littérature dramatique en 2008 pour L'Européenne (Actes-Sud Papiers).
Auteur, metteur en scène et musicien.
Son écriture comme son travail scénique cherchent à mêler au théâtre des formes non-dramatiques, en particulier la musique. Il met en scène ses pièces Les Conspirateurs (1999, TILF), L’Association (2002, Aquarium) et L’Amélioration (2004, Rond-Point). En 2003 Anne Torrès crée sa pièce Mariage à la MC93-Bobigny, avec Anne Alvaro et Agoumi. Sa pièce Un Homme en faillite qu’il met en scène à la Comédie de Reims et au Théâtre de la Ville à Paris en 2007, obtient le Prix du Syndicat national de la critique de la meilleure création en langue française. De 2006 à 2011, la pièce est montée à de nombreuses reprises, en Allemagne, Ecosse, Argentine, Portugal, Japon...
L'année suivante, la SACD lui décerne le prix Nouveau Talent Théâtre.
David Lescot est artiste associé au théâtre de la Ville. Il y met en scène L’Européenne, dont le texte obtient le Grand Prix de littérature dramatique en 2008, et qui tourne en France et en Italie en 2009 et 2010. C’est en 2008 qu’il crée La Commission centrale de l’Enfance, récit parlé, chanté, scandé des colonies de vacances créées par les juifs communistes en France, qu’il interprète seul accompagné d’une guitare électrique tchécoslovaque de 1964. Le spectacle débute à la Maison de la Poésie à Paris, puis est repris au Théâtre de la ville en 2009, et en tournée en France et à l’étranger (Argentine, Espagne, Italie, Russie, République tchèque…) durant cinq saisons. David Lescot remporte pour ce spectacle en 2009 le Molière de la révélation théâtrale. En 2010 est repris au Théâtre de la Ville L'Instrument à pression, concert théâtral dont il est auteur et interprète aux côtés de Médéric Collignon, Jacques Bonnaffé, Odja Llorca, Philippe Gleizes, Olivier Garouste, dans une mise en scène de Véronique Bellegarde.
À l'invitation du Festival d'Avignon et de la SACD, il participe au "Sujet à Vif" et crée 33 tours, en scène avec le danseur et chorégraphe DeLaVallet Bidiefono (juillet 2011). Il prépare pour octobre 2011 la mise en scène de l'opéra de Stravinsky The Rake's Progress à l'Opéra de Lille. Sa dernière pièce, Le Système de Ponzi, est une œuvre chorale et musicale consacrée aux démesures de la finance. Elle sera créée en janvier 2012 dans une mise en scène de l'auteur au CDN de Limoges, puis au Théâtre de la Ville, et en tournée en France (Blois, Nancy, Saint-Etienne, Strasbourg...) En mai 2012 à la MC93-Bobigny, il réalise une lecture-concert du roman Viktor Vavicth de Boris Jitkov, avec Anne Alvaro et le pianiste Damien Lehman.

David Lescot est artiste associé au Théâtre de la Ville. Ses pièces sont publiées aux Editions Actes Sud-Papiers, elles sont traduites publiées et jouées en différentes langues (anglais, allemand, portugais, japonais, roumain, polonais, italien, espagnol, russe).
2007
  

Joël Pommerat  

Lauréat du Grand Prix de littérature dramatique en 2007 pour Les Marchands (Actes-Sud Papiers).
Né en 1963. Arrête ses études à 16 ans. Devient comédien à 18 ans.
A 23 ans, il s'engage dans une pratique régulière de l'écriture.
Il étudie et écrit de manière intensive pendant 4 ans.

Il met en scène un premier texte en 1990, à 27 ans, Le Chemin de Dakar. Monologue non théâtral présenté au Théâtre Clavel à Paris. Il fonde à cette occasion sa compagnie qu'il nomme Louis Brouillard.
Suivront les créations de Le théâtre en 1991, 25 années de littérature de Léon Talkoi en 1993, Des suées en 1994, Les événements en 1994. Différents textes écrits et mis en scène selon un processus qui commence à se définir. Le texte s'écrivant conjointement aux répétitions avec les acteurs. Tous ces spectacles sont présentés au Théâtre de la Main d’Or à Paris.
En 1995, il répète et crée le spectacle Pôles aux Fédérés de Montluçon, repris deux mois au Théâtre de la Main d'Or. Premier texte artistiquement abouti aux yeux de l'auteur. Et premier texte à être publié (sept ans plus tard en 2002 aux Editions Actes Sud-Papiers).
En 1997, création de Treize étroites têtes aux Fédérés puis reprise au Théâtre Paris-Villette.
Début d’une longue résidence de la compagnie au Théâtre de Brétigny-sur-Orge.
En 1998, il écrit une pièce radiophonique, Les enfants, commande de France Culture.
Il co-réalise pour la radio sa pièce Les Evénements la même année.
Après la création de Treize étroites têtes et pendant 3 ans, jusqu’en 2000, il se consacre exclusivement à la recherche cinématographique. Il réalise plusieurs courts métrages vidéo.
En 2000, il abandonne définitivement cette voie et revient au théâtre.

Il présente au Théâtre Paris-Villette trois mises en scène de ses textes. Deux "recréations", Pôles et Treize étroites têtes et une création, Mon ami.

En 2001, la compagnie Louis Brouillard entame une série de représentations de ses spectacles en tournée. Depuis, les tournées de spectacles ne cesseront de se développer.
En 2002, il crée Grâce à mes yeux, toujours au Théâtre Paris-Villette.
En janvier 2003, il crée Qu'est-ce qu'on a fait ? à la Comédie de Caen. Cette pièce est une commande de la CAF du Calvados sur le thème de la parentalité. Ce spectacle est joué dans les centres socio-culturels de la région de Caen.
En janvier 2004, il crée Au monde au Théâtre National de Strasbourg. Début des tournées internationales.
En juin 2004, il crée Le Petit Chaperon rouge au Théâtre de Brétigny-sur-Orge. Premier spectacle destiné aux enfants.
En février 2005, il crée D’une seule main au CDR de Thionville.
La compagnie entame alors une résidence de trois ans avec la Scène nationale de Chambéry et de la Savoie.
En janvier 2006, il crée Les marchands au Théâtre National de Strasbourg.
Il crée Cet enfant en avril 2006 au Théâtre Paris-Villette, recréation du texte Qu'est-ce qu'on a fait ?
Au monde, Les marchands et Le Petit Chaperon rouge sont repris au Festival d'Avignon 2006.

En 2007, il crée Je tremble (1) au Théâtre Charles Dullin à Chambéry.
Cette même année, la compagnie entame une résidence avec le Théâtre des Bouffes du Nord, de trois ans.
Nouvelle mise en scène de Cet enfant en russe, au Théâtre Praktika, à Moscou.
En mars 2008, Pinocchio à l’Odéon-Théâtre de L’Europe, deuxième spectacle pour les enfants.
En juillet 2008, Je tremble (2) au Festival d'Avignon et reprise de Je tremble (1).
Je tremble (1 et 2) est repris au Théâtre des Bouffes du Nord en septembre 2008.
En janvier 2010, Joël Pommerat crée Cercles/Fictions au Théâtre des Bouffes du Nord.
En octobre 2010, il crée une nouvelle mise en scène de Pinocchio en russe au Théâtre Meyerhold à Moscou dans le cadre des années croisées France-Russie.
Il entame une association de trois ans avec l'Odéon-Théâtre de L’Europe et de cinq ans avec le Théâtre National de Bruxelles.

En mars 2011, il crée Ma Chambre froide aux Ateliers Berthier de L’Odéon-Théâtre de L’Europe.
Il écrit un livret pour l'opéra Thanks To My Eyes d'après sa pièce Grâce à mes yeux (musique d'Oscar Bianchi), mise en scène et création au Festival d'Aix en juillet 2011.

Tous les textes de Joël Pommerat sont publiés aux Editions Actes-Sud Papiers.
2006
  

Denise Bonal  

Co-lauréate du Grand Prix de littéarture dramatique en 2006 pour De dimanche en dimanche (éditions théâtrales).
Née en Algérie en 1921, Denise Bonal est très vite attirée par le théâtre.
En tant que comédienne, elle s’inscrit dans le grand mouvement de la décentralisation théâtrale où elle interprète les plus grands rôles du répertoire au sein de troupes permanentes. En 1951, elle rejoint le Centre dramatique de l’Ouest à Rennes, puis elle suit Hubert Gignoux à Strasbourg pour intégrer, dès 1967, l’équipe du TNS et enseigner à l’École d’art dramatique. Elle poursuit cette vocation pédagogique en devenant professeur au conservatoire de Roubaix, puis au Conservatoire national supérieur d’art dramatique de Paris et au cours Florent. Très tôt, elle se lance dans l’écriture : d’abord des contes et nouvelles pour la radio, puis, à partir de 1971, elle écrit des pièces qui sont très vite montées et reconnues. Portrait de famille obtiendra le Molière 2004 du meilleur auteur et De dimanche en dimanche, le Grand prix de littérature dramatique, en 2006. Elle est décédée à Paris en avril 2011.
Qu’elle les moque ou qu’elle les mette en danger, Denise Bonal garde toujours une grande tendresse pour ses personnages. Gens ordinaires, ouvriers, femmes fortes, telles sont les figures récurrentes de son œuvre qui, à la manière du pointillisme, avance par touches sensibles et poétiques. Lier l’intime et une forte conscience sociale, les petits riens et de grands desseins, voilà le chemin d’écriture de cette passeuse d’histoires.


Bibliographie
Aux éditions Théâtrales
Honorée par un petit monument, 1982
Portrait de famille, 1993, 2002
Passions et prairie / Légère en août, 1988, 2009
Turbulences et petits détails / J’ai joué à la marelle, figure-toi…, 1994
Les pas perdus, 2000
De dimanche en dimanche, 2005
Les tortues viennent toutes seules, 2007
Les silences d’Eulalie (in 25 petites pièces d’auteurs), 2007

Chez d’autres éditeurs
Dérives et petits détails (in brèves d’auteurs), Actes Sud, 1993
Une petite tache verte (in les monstres), L’Avant-scène Théâtre - La Comédie-Française, 2008
2006
  

Daniel Danis  

Co-lauréat du Grand Prix de littérature dramatique en 2006 pour e, roman-dit.
Daniel Danis est un créateur québécois reconnu, tant pour la qualité de son écriture que pour ses questionnements de metteur en  scène sur l’art de la représentation et les arts technologiques qu’il explore depuis quelques années.  
En 1993, sa première pièce, Celle-là, publiée  chez Leméac, obtient le Prix de la Critique de  Montréal, le Prix du Gouverneur général du  Canada ainsi que le Prix de la meilleure création en langue française du Syndicat Professionnel de la Critique Dramatique et Musicale (1995), dans la mise en scène d'Alain Françon à Théâtre Ouvert.  
Cendres de cailloux, sa deuxième pièce, a reçu le Prix du meilleur texte original lors de la Soirée des Masques, le Premier Prix du Concours International de Manuscrits du Festival de Maubeuge et le Prix Radio France  International.
Créée en 1993 au Théâtre Espace Go à Montréal dans une mise en scène de Louise Laprade, elle a fait l'objet de nombreuses productions en Europe. Le Chant du Dire-Dire créée en 1998 au Théâtre Espace Go dans une mise en scène de René Richard Cyr, reçoit de nouveau à Paris le Prix de la meilleure création en langue française dans la mise en  scène d'Alain Françon au Théâtre National de la Colline (1999), et lui vaut un deuxième Prix du  Gouverneur Général du Canada. Elle entre également au programme de la Schaubühne dans la mise en scène de Peter Wittenberg.
En 2000, Daniel Danis est nommé Chevalier des Arts et des Lettres de la République Française.  En 2002, La Langue-à-Langue des chiens de roche lui vaut pour une troisième fois le Prix du Gouverneur général du Canada. En 2004-2005, il a été auteur associé au Théâtre de la Colline pour la création du texte E, roman-dit qui a reçu le Grand Prix littéraire dramatique en 2006.
Sa pièce Kiwi a remporté trois prix : Prix Louise-LaHaye, remis par le Cead, Centre des auteurs dramatiques, Montréal, Prix littéraire AbitibiBowater, Salon du livre du Saguenay-Lac-St-Jean et le Prix allemand du théâtre jeunesse 2008 (DEUTSCHER JUGENDTHEATERPREIS 2008).
Daniel Danis écrit également Le Pont de pierres et La Peau d'images (pièce pour jeune public), qui est éditée à l'École des Loisirs.
Outre au Québec, ses pièces ont été jouées en Europe et au Mexique entre autres.

Depuis quelques années, son questionnement de l'écriture versus les arts technologiques lui a inspiré Lacrima Terra, Chant de l'éternel regret, Mille Anonymes, Je ne, Sommeil et Rouge Re-neiges.
En 2006-07, il est professeur invité au Fresnoy, studio national des arts  contemporains (Lille), et maintenant à l’Institut de la Marionnette à Charleville-Mézières.
On a pu voir sa pièce Terre Océane montée en 2007 au Théâtre du Trident à Québec, et au Théâtre d’Aujourd’hui à Montréal, dans une mise en scène de Gill Champagne qui a tourné en Europe  par la suite et dans une nouvelle mise en scène par Véronique Bellegarde en France.
Parmi ses plus récentes créations on compte Kiwi, Bled, et La Trilogie des Flous, Yukie, Mille anonymes, dont il conçoit et met en scène les spectacles.

Sa compagnie éponyme a été en lien avec des programmes de recherche associé à l’Université de Montréal (Laboratoire en vision par ordinateur) et dans les prochaines années il développera un projet de recherche sur les Narrativités avec les Atelier arts-sciences ( CEA -Théâtre Hexagone) à Grenoble.
2005
  

Marc Dugowson  

Lauréat du Grand Prix de littéarture dramatique en 2005 pour Dans le vif (L’Avant-Scène théâtre, collection des Quatre-Vents).
Marc Dugowson est l’auteur d’une quinzaine de pièces dont certaines ont été créées et radiodiffusée, notamment Habiller les vivants, Revue, La Société des Cendres, Des Biens et des Personnes et Celle qui courait après la peur, créé au Théâtre de l’Union, CDN du Limousin en 2002 dans une mise en scène de Paul Golub. La même année, il publie Un Siècle d’industrie, un texte où la Seconde Guerre Mondiale devient l’enjeu d’un questionnement sur les liens entre la criminalisation des sociétés civiles et la responsabilité individuelle dans la mise en oeuvre des génocides. Cette pièce est montée en 2006 au Théâtre de l’Union, CDN de Limoges par Paul Golub.

En 2005, il obtient le premier Grand Prix de littérature dramatique pour Dans le vif. En 2008, Marc Dugowson est récompensé par le prix Théâtre de la SACD tandis qu’il participe à l’ouvrage collectif co-édité par L’Avant-Scène Théâtre et la Comédie Française autour du thème de la famille. En 2011, il participe aux 36e rencontres de Hérisson au cours des quelles sa pièce Cannibales Lampions est mise en espace par Anne-Laure Liégeois tandis qu’il écrit un Cabaret de la Grande Guerre sur une commande de Paul Golub.

Dans le prolongement de plusieurs autres de ses textes, sa dernière pièce, Obstinés par la nuit, a été publiée par L’Avant-Scène – Les Quatre-Vents en 2010.
Qu’elle emprunte les chemins de l’Histoire ou de la fantasmagorie, son oeuvre, documentée et engagée, se situe à la croisée entre la restitution de la mémoire collective et l’affirmation des individus comme sujets. Elle tente aussi de peindre les liens entre l’intime et les rapports sociaux de domination.