informations,
conseils sur le
théâtre contemporain,
aides aux auteurs
s'inscrire à la newsletter
retrouvez-nous sur
     
  publié le 18 septembre 2012  

Le CnT partenaire du CMC, Centre de Médiation Culture :



Présentation du Centre de Médiation Culture
lancement prévu en janvier 2013

Les six fondateurs du CMC sont :
- Sylvie Adijès, médiateur et formatrice en médiation
- Adeline Guilhen, médiateur
- Jean-Marie Guilloux, avocat au Barreau de Paris et médiateur
- Christian Meyer, directeur de production et médiateur
- Denis Thévenin, directeur de l’AGECIF
- Jean Vincent, avocat au Barreau des Hauts de Seine et enseignant


Pourquoi cette initiative ?


La création de ce Centre a été initiée par des personnes expérimentées dans les secteurs culturels et faisant le constat d’un fort déficit de médiation des litiges dans ces secteurs.
Nombre de litiges ou situations de blocage peuvent difficilement trouver une solution judiciaire. Au surplus, la procédure judiciaire peut s’avérer trop lourde, trop longue et trop couteuse, notamment dans le domaine de la propriété intellectuelle.
Alors que dans le domaine culturel, la parole donnée et le lien de confiance sont des enjeux importants, la procédure judiciaire est un terrain d’affrontement et non de dialogue.

Qu’est-ce que la médiation ?

La médiation est un mode alternatif de résolution des conflits. Confidentielle, elle préserve la réputation des parties au conflit et peut contribuer à ce que des futures relations soient apaisées.
Contrairement à un juge ou à un arbitre, le médiateur n’a aucun pouvoir de trancher. Il aide les parties à trouver elles-mêmes une solution à leur conflit.
La neutralité et l’indépendance du médiateur sont essentielles, de même que son respect absolu de la confidentialité.
De plus, les accords obtenus en médiation, parce qu’ils émanent des parties, sont exécutés spontanément dans la quasi-totalité des cas.

Par quelles techniques ?

Ecouter, dépassionner le conflit, établir une meilleure connaissance des faits, rendre explicite l’implicite, reformuler les raisons du désaccord, laisser imaginer l’avenir sans un accord, responsabiliser, susciter des propositions, associer les conseils à la rédaction d’une solution, ne jamais passer en force, veiller à ce qu’un accord soit pleinement formalisé.
La réussite d’une médiation suppose une bonne organisation matérielle. Le médiateur, spécialement formé, est garant du respect du processus. Il doit fixer certains principes de comportement (tonalité non agressive, règle de non interruption, disponibilité pendant la réunion) et aider à hiérarchiser ensemble les difficultés.
Il peut quand il le faut s’entretenir individuellement et confidentiellement avec les parties.

Le CMC

Le CMC est créé sous la forme d’une association à but non lucratif pouvant accueillir différentes entités : organisations ou organismes professionnels, partenaires financiers, collectivités publiques et centres de ressources. Il est membre de la Fédération nationale des centres de médiation (FNCM) et ses médiateurs agréés adhérent au Code national de déontologie du médiateur.
L’objectif des fondateurs du CMC est que ce centre de médiation devienne une institution que se seront appropriée les grands acteurs professionnels des secteurs d’activité concernés.

en savoir plus : www.centredemediationculture.com